Foresterie durable

La gestion durable des forêts vise à garantir un approvisionnement continu en produits forestiers ligneux et non ligneux. La durabilité signifie également préserver les processus et les structures qui créent, soutiennent et soutiennent les forêts en intégrant les objectifs de conservation et de développement. Pour atteindre ces objectifs, la gestion durable des forêts combine des principes issus de la foresterie, de l'agriculture, de la protection de l'environnement, de l'économie, de l'écologie et de la sociologie.

Le rôle de la gestion durable des forêts

Le rôle de la gestion forestière durable est de garantir que les forêts continuent de fournir les processus écosystémiques dont dépend la société. Les forêts sont importantes pour une grande variété de raisons : elles empêchent l'érosion des sols, régulent les ressources en eau, purifient l'air et protègent la biodiversité (en fournissant un habitat faunique).

De plus, ils ont une énorme capacité de stockage de carbone. Actuellement, environ 350 milliards de tonnes de carbone sont stockées dans les forêts du monde, ce qui représente environ 65% du total mondial. Alternative à la déforestation, la gestion forestière durable permet de récolter le bois tout en maintenant ses fonctions écologiques, économiques et sociales.

La gestion des forêts

Le terme « gestion forestière » fait référence à une gamme d'activités nécessaires pour prendre soin de la forêt, de la conception à la récolte. Ces activités comprennent la planification du calendrier de récolte, la sylviculture et la construction de routes. La gestion forestière nécessite des informations à jour sur le stock permanent de bois et de produits non ligneux tels que les herbes, les résines, les fibres et sa connectivité avec d'autres forêts pour assurer un flux continu de produits sur le marché. Pour maintenir ces liens, une compréhension claire de la forêt doit être développée ; cela nécessite une analyse du fonctionnement de la forêt.

Indicateurs de durabilité

Les indicateurs sont utilisés pour mesurer les changements dans les forêts et déterminer si elles sont gérées de manière durable. Les changements peuvent être mesurés en collectant des données sur des indicateurs tels que le stockage du carbone ou la biodiversité au fil du temps. Ces indicateurs sont essentiels pour mesurer les progrès vers les objectifs de durabilité. L'indicateur clé de la gestion durable des forêts est l'évolution de la biomasse ou du stockage de carbone au fil du temps.

Les chercheurs mesurent le stockage du carbone à l'aide de la biomasse aérienne combinée à des estimations des densités de bois mort à différents âges. Cette approche leur permet de calculer la quantité de carbone total stocké dans une forêt, qui varie avec la taille des arbres et la distribution des classes d'âge au sein d'une forêt.

Parfois, un changement dans le stockage du carbone est également considéré comme un indicateur des politiques gouvernementales car la « façon dont » une société utilise ses forêts a un impact sur la quantité totale de carbone stocké. Par exemple, si la déforestation augmente tandis que le reboisement et le boisement diminuent, cela peut indiquer qu'il ne sera pas facile pour les pays d'atteindre leurs objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre du Protocole de Kyoto.

Les émissions de gaz à effet de serre

Les forêts jouent un rôle essentiel dans l'atténuation du réchauffement climatique en séquestrant de grandes quantités de carbone atmosphérique et en augmentant la biodiversité, en protégeant les bassins versants et en réduisant l'érosion. Parce que les forêts représentent environ 46% de toute la photosynthèse terrestre, elles éliminent des quantités importantes de dioxyde de carbone atmosphérique (CO2).

Les arbres utilisent du CO2 de l'atmosphère lors de la photosynthèse, la transformant en bois et en feuilles. Lorsque les arbres meurent, la décomposition renvoie ce carbone dans l'atmosphère où il est disponible pour être réabsorbé par les plantes au cours de la croissance ultérieure. La réduction du couvert forestier et de la biodiversité entraînera une baisse des niveaux de carbone stocké.

Capacité de séquestration du carbone

Les forêts peuvent séquestrer plus d'un million de tonnes métriques de carbone par kilomètre carré (km2) sur de longues périodes (100 ans ou plus), la quantité variant en fonction de facteurs tels que le climat, les conditions du sol et la diversité des arbres. Les Taïga, par exemple, stocke le plus de carbone par unité de surface. Cependant, les forêts tropicales humides peuvent contenir plus de carbone dans l'ensemble car elles ont tendance à présenter plus de biodiversité et de densité que les forêts d'autres parties du monde.

L'objectif principal de la gestion forestière durable est d'augmenter la biomasse par une gestion active plutôt que par des processus naturels tels que les incendies ou les maladies. Selon le type de gestion de l'utilisation des terres, un pays peut obtenir soit des émissions nettes négatives de son secteur forestier en réduisant le nombre d'arbres et en laissant les forêts mûrir jusqu'à ce que la récolte commence quelques années plus tard, soit des émissions nettes positives en augmentant les niveaux de biomasse grâce à des pratiques telles que reboisement. En réalité, boisement est devenu l'un des outils les plus efficaces pour réduire les niveaux d'émissions nettes à l'échelle mondiale.

En vertu du protocole de Kyoto, un pays comptabilise le carbone séquestré de ses forêts dans son compte national d'émissions de gaz à effet de serre. Ce calcul est basé sur les données soumises par chaque pays à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Réductions des émissions de carbone

En plus de stocker du carbone, les forêts réduisent également la concentration de gaz à effet de serre en agissant comme un puits pour le CO atmosphérique2 émissions. Le moyen le plus efficace de réduire les émissions nettes du secteur forestier est de s'assurer que les arbres sont plantés plus rapidement qu'ils ne sont abattus, au moins jusqu'à ce que cet équilibre soit atteint. L'augmentation de la plantation d'arbres se traduira par des avantages sociaux et environnementaux tels que le maintien de la biodiversité et l'amélioration de la qualité de l'eau.

Croissance des forêts sur les anciennes terres cultivées

Planter des forêts sur des terres cultivées est un moyen de lutter contre le changement climatique. Les estimations indiquent que si 10% des terres arables du monde étaient reconvertis en forêts. Cela équivaudrait à retirer la moitié de toutes les voitures des routes ou à fermer 300 centrales électriques au charbon.

De même, des politiques gouvernementales réussies peuvent être adoptées dans le monde entier pour aider à lutter contre le boisement lié au changement climatique, par exemple en offrant des allégements fiscaux aux organisations qui plantent des arbres ou en subventionnant les énergies renouvelables.

Défis de la gestion durable des forêts

  • Les activités humaines nuisent à la capacité des forêts à séquestrer le carbone soit en provoquant la déforestation, soit en modifiant la composition des espèces des forêts existantes. Par exemple, si les espèces indigènes sont remplacées par des espèces non indigènes alors que les efforts de replantation sont en place, les avantages environnementaux seront alors réduits car les nouvelles plantes ne soutiennent pas la faune. Ces impacts négatifs ne peuvent être évités que par une meilleure éducation et des politiques gouvernementales plus strictes.
  • Une gestion efficace des forêts nécessite une compréhension de l'histoire de la région, ainsi que des politiques actuelles qui affectent l'utilisation des forêts. Par exemple, si un pays a sous-estimé les montants de déforestation passés et que les efforts de reboisement ne réussissent pas, alors les niveaux de carbone ne diminueront pas et les niveaux de gaz à effet de serre augmenteront. Les pays doivent faire preuve de diligence dans la communication d'informations précises sur les taux de déforestation afin que des mesures correctives appropriées puissent être prises.
  • Le succès de la foresterie durable dépend en grande partie des objectifs généraux de protection de l'environnement et des droits économiques humains. Cette approche de la gestion forestière ne peut fonctionner que si toutes les parties s'engagent à protéger l'environnement tout en veillant à ce que leurs intérêts économiques soient respectés.

La gestion durable des forêts utilise l'utilisation d'indicateurs de gestion durable des forêts, tels que le suivi de la biodiversité ou la mesure des changements dans le stockage du carbone. La gestion durable des forêts n'est pas seulement un ensemble de techniques pouvant être appliquées aux forêts, mais aussi une idéologie qui englobe tous les aspects de la vie politique, sociale et économique.

© 2021 Nature's Packaging® est enregistré au niveau fédéral auprès du US Copyright Office par la National Wooden Pallet & Container Association. Tous les droits sont réservés.