milled wood blocks

En savoir plus sur l'industrie des produits forestiers

forest products-milled wood blocks

Des structures que nous appelons chez nous, au paillis coloré de notre parterre de fleurs, aux palettes en bois qui livrent les marchandises sur lesquelles nous comptons, les produits des forêts cultivées jouent un rôle crucial dans nos vies.

Alors, que sont exactement les produits forestiers? En termes simples, les produits forestiers sont des matériaux dérivés d'arbres utilisés à des fins commerciales ou de consommation. Lorsque la plupart d'entre nous pensent aux produits forestiers, nous nous concentrons généralement sur les produits du bois tels que le bois d'œuvre, les panneaux structuraux et le papier.

Les produits forestiers comprennent une gamme d'articles non ligneux tels que les fruits, les noix, les graines, la sève et l'huile. Cependant, dans cet article du blog Nature's Packaging, nous tournons notre attention vers les produits forestiers dérivés du bois et l'industrie des produits forestiers à base de bois.

L'industrie des produits forestiers

L'industrie des produits forestiers contribue de façon importante aux économies canadienne et américaine. Cela représente environ 1.5% de l'économie américaine et contribue à environ 5% de la production manufacturière totale du pays. Au niveau régional, cela peut être très important. Les produits forestiers se classent parmi les trois principaux contributeurs dans certains États du sud. Le secteur forestier du Canada a contribué $23,9 milliards au PIB du Canada en 2019, soit environ 1,4%.

L'industrie forestière comprend trois sous-secteurs principaux :

  • fabrication de produits en bois massif
  • pâte et papier
  • foresterie et exploitation forestière

La fabrication de produits en bois massif comprend des activités primaires telles que le bois d'œuvre et les panneaux structuraux, ainsi que des produits secondaires tels que la menuiserie, les produits en bois d'ingénierie et les emballages en bois.

Le sous-secteur de la fabrication de produits de pâtes et papiers produit une multitude de produits, allant du papier journal et des papiers-mouchoirs à la pâte à dissoudre pour la production de rayonne.

Le sous-secteur de la foresterie et de l'exploitation forestière englobe les opérations sur le terrain et la récolte du bois, y compris l'exploitation forestière et le transport vers les scieries.

Récolte d'arbres pour divers produits

La récolte des arbres génère trois types de matériauxl, y compris le bois de sciage (y compris chip-n-saw), le bois à pâte et enfin les rémanents de récolte. Le bois de sciage, utilisé pour fabriquer des produits tels que le bois et le placage, est généralement le plus souhaitable. Vient ensuite le bois à pâte. Sabrer fait référence à la cime des arbres, aux branches et à d'autres matériaux ligneux laissés après l'abattage. La quantité de rémanents générés est influencée par des variables telles que la taille et la qualité des arbres récoltés.

Dans le sud des États-Unis, par exemple, les pins mûrissent généralement entre 25 et 40 ans, les opérations d'éclaircissage étant entreprises à 12-15 ans puis à nouveau à 18-22 ans, laissant aux arbres l'espace dont ils ont besoin pour grandir jusqu'à maturité. À mesure que les arbres deviennent plus gros, ils deviennent plus précieux par tonne. Les propriétaires forestiers sont donc motivés à maximiser leur rendement en bois mature.

Les grumes d'un plus grand diamètre sont généralement classées comme des grumes de sciage, tandis que celles d'un plus petit diamètre sont considérées comme du bois à pâte. Les arbres de plus petit diamètre peuvent être classés comme non marchands. Selon Forest2Market, les grumes de pin de plantation peuvent être désignées comme suit :

  • 5"-7" de diamètre à hauteur de poitrine (DBH) - bois à pâte
  • 8"-11" DBH - chip-n-saw
  • 12"+ DBH – bois de sciage

Produits forestiers à base de bois

Ressources naturelles Canada suggère que les produits forestiers peuvent être classés en quatre segments : les produits du bois massif (y compris le bois d'œuvre et les panneaux structuraux), la pâte de bois, les produits du papier (y compris le papier journal, l'impression et le papier à lettres) et les bioproduits (p. ex. biocarburants, biochimiques, bioplastiques) dérivés de biomasse.

Le bois d'œuvre fait référence au bois récolté qui est broyé en produits tels que le bois de dimension et les planches. Le bois de construction résineux est principalement utilisé à des fins de charpente dans la construction résidentielle. Les matériaux de qualité inférieure sont généralement utilisés pour les produits d'emballage en bois tels que les palettes. Les bûches peuvent également être pelées de l'extérieur vers l'intérieur pour créer un placage. Le placage peut être collé en couches ou en plis pour faire du contreplaqué. Les autres produits de panneaux structurels comprennent les panneaux à copeaux orientés (OSB) et les panneaux de fibres. Le bois lamellé-croisé, construit à partir de couches collées de bois massif, devient de plus en plus populaire.

La pâte de bois est le terme désignant la fibre de bois qui a été réduite chimiquement ou mécaniquement en pâte pour être utilisée dans la fabrication de papier et d'autres produits. La pâte peut être dérivée de matériaux de récolte de forêt vierge tels que le bois à pâte ainsi que de résidus de transformation du bois. La pâte est utilisée comme produit intermédiaire pour fabriquer du papier, des emballages, des produits d'hygiène et des produits textiles.

La biomasse est générée à partir de diverses sources, y compris les branches et la cime des arbres après la récolte, l'éclaircissage et la récupération des forêts, les résidus de fabrication des produits du bois et le recyclage des produits du bois. La biomasse a été une source d'énergie importante pour l'industrie des pâtes et papiers. La biomasse est également utilisée pour une variété d'autres utilisations, y compris la matière première de pâte, les granulés, les panneaux structurels, la litière pour animaux, les amendements de sol, les paillis d'aménagement paysager et plus encore.

Il existe également de nouvelles opportunités intéressantes pour les bioproduits tels que les produits biochimiques et les biomatériaux. Selon Ressources naturelles Canada, le potentiel de croissance et la taille projetée du marché pour les bioproduits émergents sont beaucoup plus importants que pour les produits forestiers traditionnels combinés, y compris la pâte, le bois d'œuvre et le papier journal.

Les produits forestiers provenant de forêts nord-américaines durables sont essentiels à notre vie quotidienne. À l'avenir, il existe également un potentiel passionnant pour les produits forestiers nouveaux et émergents à prendre le devant de la scène, accentuant encore l'importance du bois dans notre vie quotidienne.

reforestation and replanting trees

Opportunités de reboisement en Amérique du Nord

reforestation and replanting trees

Alors que les forêts nord-américaines se développent aujourd'hui en raison de pratiques de récolte plus durables et de nouvelles plantations, il n'en a pas toujours été ainsi. Dans les premiers siècles de la colonisation européenne, la déforestation était importante. Avant la colonisation, 46% de la superficie des États-Unis étaient recouverts de couverture forestière - plus de 1 milliard d'acres en 1630.

Pendant trois siècles après l'arrivée des Européens, cependant, la terre a été défrichée, principalement pour l'agriculture, pour nourrir une population croissante. Un à deux hectares de terre était cultivée pour chaque habitant supplémentaire.

Par conséquent, la déforestation suivi dans la voie de la colonisation, atteignant son point le plus bas en 1872. Près des deux tiers de la conversion nette à d'autres usages ont eu lieu dans la seconde moitié du 19e siècle. En 1910, la superficie des terres forestières avait diminué à environ 754 millions d'acres ou 34% de la superficie totale des terres.

Inverser la tendance à la déforestation

La bonne nouvelle, cependant, est que la déforestation a été freinée en Amérique du Nord. Au cours du siècle dernier, le couvert forestier s'est stabilisé et a commencé à s'étendre. Au 20e siècle, il est resté relativement constant et a commencé à s'étendre. La couverture forestière a augmenté entre 2010 et 2020, augmentant à un taux de 0.03% annuellement, selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture).

En outre, il existe des opportunités de reboiser encore plus des États-Unis contigus, en se concentrant sur les options les plus rentables et les plus réalisables. Un nouvel outil en ligne, l'interactif «Pôle de reboisement» est une collaboration entre The Nature Conservancy et American Forests.

L'analyse la plus complète disponible, selon le groupe, identifie jusqu'à 133 millions d'acres de terres anciennement boisées aux États-Unis qui pourraient être reboisées pour augmenter le stockage de carbone. Cela se traduirait par l'absorption de 333 millions de tonnes métriques de carbone supplémentaires par an, soit l'équivalent des émissions de carbone de tous les véhicules de tourisme en Californie, au Texas et à New York réunis, soit 72 millions de véhicules.

Le Reforestation Hub permet aux parties prenantes telles que les forestiers, les gestionnaires de terres et les propriétaires fonciers privés d'explorer les conclusions de l'étude. Il identifie le nombre d'acres - jusqu'au niveau du comté - potentiellement disponibles pour différents types de reboisement.

« Les gens sont enthousiasmés par le reboisement pour une bonne raison », a déclaré Susan Cook-Patton, scientifique principale en restauration forestière à The Nature Conservancy. « Les nouveaux arbres représentent une solution naturelle puissante au réchauffement climatique. Mais jusqu'à notre analyse, il n'y avait aucun moyen rapide et facile de déterminer où exactement nous pourrions mettre tous ces nouveaux arbres. Ce travail offre un menu de possibilités pour le faire.

Cook-Patton espère que cette analyse granulaire aidera les gestionnaires des terres et les décideurs à trouver les options qui répondent le mieux aux objectifs locaux, étatiques et nationaux concernant la culture d'arbres pour le bien public et privé.

Le Reforestation Hub utilise plusieurs filtres pour isoler les endroits les plus prometteurs pour de nouvelles forêts : là où les forêts poussaient dans le passé ; propriété foncière actuelle; type de terrain; avantages pour la faune et les bassins versants; et le coût. En somme, l'étude met en évidence le potentiel de 60 milliards de nouveaux arbres être cultivé à travers le pays avec 1,3 milliard déjà planté annuellement.

Parmi dix options de reboisement différentes, le Reforestation Hub suggère que trois d'entre elles offrent le plus de potentiel : les terres anciennement boisées maintenant utilisées pour le pâturage (49% de potentiel) ; plaines inondables (17%); et l'espace ouvert urbain (14%). Mais les meilleurs résultats varient selon le comté, de sorte que le Reforestation Hub permet aux utilisateurs de trouver les endroits avec le plus de potentiel dans leur région.

La propriété foncière est également une considération importante. « Plus d'un tiers du potentiel total de reboisement dans les forêts existantes se trouve sur des terres fédérales », a déclaré Jad Daley, président et chef de la direction d'American Forests. « Cela signifie que nous avons un énorme levier pour l'action climatique entre nos mains, car nous avons le pouvoir de reboiser ces terres si le gouvernement fédéral alloue simplement suffisamment de personnel et de financement. »

Selon The Nature Conservancy, plusieurs programmes de reboisement existants pourraient être intensifiés pour exploiter les informations du nouveau Reforestation Hub. Sur les terres publiques, cela inclut le Reforestation Trust Fund, qui peut être amélioré via la loi REPLANT qui sera bientôt introduite pour financer entièrement le reboisement des forêts nationales américaines.

Sur les terres privées, ils comprennent le ministère de l'Agriculture des États-Unis Programme d'incitation à la qualité de l'environnement (EQIP) et Programme de réserve de conservation (PRC), ainsi que les programmes de partage des coûts des agences de conservation de l'État.

Les parties prenantes sont encouragées à visiter le Reforestation Hub pour informer leurs programmes de plantation d'arbres. Les questions sur le Reforestation Hub et son étude sous-jacente peuvent être adressées à ReforestationHub@tnc.org

*Cet article est basé sur le communiqué de presse suivant :

https://www.nature.org/en-us/newsroom/study-shows-reforestation-potential-us/

Forêts urbaines et villes arborées

photo par Cassie Gallegos au Unsplash

Les urbanistes du monde entier reconnaissent de plus en plus l'importance des arbres et s'efforcent d'accroître le couvert forestier. Recherche sur les arbres urbains nous dit que la canopée verte peut jouer un rôle important dans la qualité de vie des villes. Une couverture arborée accrue contribue à abaisser les températures urbaines en bloquant le rayonnement à ondes courtes et en augmentant l'évaporation de l'eau. Les arbres contribuent également à réduire la pollution de l'air, tandis que les systèmes racinaires absorbants peuvent aider à réduire la menace d'inondation lors de fortes pluies et de tempêtes.

Sans surprise, le Conseil de l'agenda mondial du Forum économique mondial (WEF) sur l'avenir des villes a classé la couverture végétale verte dans son classement des dix meilleures initiatives urbaines. Pour soutenir les villes dans leurs efforts de mise en œuvre de la canopée verte, Treepedia du MIT, en collaboration avec le WEF, a développé une métrique - le Green View Index - permettant d'évaluer et de comparer la couverture de la canopée. Il repose sur des calculs basés sur les entrées de Google Street View. En utilisant des panoramas Street View plutôt que des images satellite, le GVI représente la perception humaine.

L'indice GVI est présenté sur une échelle de 0 à 100, indiquant le pourcentage de couverture de la canopée d'un emplacement particulier. Le groupe prévient que son calcul est imprécis. Il n'inclut que les arbres de rue dans son calcul en raison des limitations de Google Street View. Bien que les parcs forestiers soient importants, par exemple, ils ne sont pas pris en compte, à part la visibilité sur la rue.

Les développeurs de Treepedia soulignent que son classement ne doit pas être interprété comme une compétition. « Treepedia ne consiste pas à classer les villes pour participer à des Jeux olympiques verts », note-t-il. « Treepedia vise à sensibiliser de manière proactive à la végétation urbaine. »

Autre contrainte importante, l'étude n'est pas exhaustive. Il ne comprend que 30 villes dans le monde. Il convient de noter que quatre des dix premières villes avec le plus de couvert arboré se trouvent en Amérique du Nord, dont Tampa (#1), Vancouver BC (#4), Montréal (#6) et Sacramento (#9).

Un classement de certaines villes nord-américaines, suivi de la proportion estimée de la canopée urbaine, est le suivant :

Tampa, Floride — 36.1%

Vancouver, Canada — 25.9%

Montréal, Canada — 25.5%

Sacramento, Californie — 23.6%

Seattle, Washington — 20%

Toronto, Canada — 19.5%

Miami, Floride — 19.4%

Boston, Massachusetts — 18.2%

Los Angeles, Californie — 15.2%

Treepedia souligne que seules les villes sélectionnées ont été incluses dans son Green View Index. Le groupe encourage les autres villes à calculer leur GVI. Plus d'informations peuvent être trouvées sur ce lien: (https://github.com/mittrees/Treepedia_Public)

Villes arboricoles du monde

Les principales villes forestières d'Amérique du Nord sont également reconnues dans le Villes arboricoles du monde programme, parrainé par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) et la Fondation Arbour Day. Leur intention est de promouvoir des villes plus résilientes et durables.

Plutôt qu'un classement général de la canopée ou de la couverture verte, ces villes sont reconnues pour « faire preuve de leadership dans la gestion de leurs arbres urbains et font partie de la solution à de nombreux problèmes mondiaux auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui ». Sur les 68 « Tree Cities of the World » reconnues, neuf d'entre elles sont canadiennes et 27 des États-Unis.

Une autre source d'information utile est la Service des forêts des États-Unis. Ses données sur les forêts urbaines sont collectées à travers les États-Unis sur la base d'approches aériennes descendantes et d'une collecte de données de terrain ascendante. Ce site propose des liens vers divers ensembles de données et rapports sur les données forestières urbaines au niveau de l'État, du comté, de la subdivision de comté et de la communauté locale ou du lieu. Les utilisateurs sont encouragés à explorer les États ou les communautés d'intérêt pour voir quelles données sont disponibles.

Ressources mentionnées dans cet article :

Treepedia : https://senseable.mit.edu/treepedia

Villes arboricoles du monde : https://treecitiesoftheworld.org/directory.cfm

Données sur les forêts urbaines du US Forest Service : https://www.nrs.fs.fed.us/data/urban/

A city park with trees

Bois de la forêt urbaine - Un regard novateur sur le recyclage

Que se passe-t-il lorsque les arbres urbains arrivent en fin de vie ?

Les arbres urbains font partie de ces histoires remarquables qui passent largement inaperçues. Nous apprécions la façon dont un grand auvent peut nous protéger du soleil intense de l'été ou nous aider à rester au sec lors d'une averse inattendue, mais la plupart du temps, nous les tenons pour acquis. Nous ne devrions pas.

Selon le Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, les arbres urbains offrent une multitude d'avantages. Saviez-vous qu'un arbre adulte peut absorber jusqu'à 150 kg de CO2 par an ? En plus de séquestrer le carbone et de créer de la biodiversité, les arbres aident à filtrer les polluants et les particules fines. Ils réduisent également les besoins énergétiques pour la climatisation et le chauffage lorsqu'ils sont stratégiquement placés.

Des recherches ont montré que les arbres contribuent à la santé physique et mentale des citadins et que leur présence même augmente la valeur de l'immobilier. Mais pour les arbres urbains, l'histoire n'a pas toujours eu une fin heureuse. En fin de vie, trop souvent, ils se sont retrouvés dans le flux des déchets, ébréchés ou brûlés, une maigre rétribution pour de nombreuses décennies de service civique. L'essor du mouvement urbain du bois offre cependant une voie plus prometteuse.

L'argument de la durabilité pour le recyclage du bois urbain récolté est convaincant. Environ 3,8 milliards de pieds-planche de bois urbain récolté chaque année dans les villes américaines pourraient être transformés en bois d'œuvre – sans compter les arbres de récupération d'incendie ou de secours dans les vergers. L'utilisation de seulement 10% de cette récolte de bois urbain actuellement déchiquetée ou laissée à pourrir aurait un impact équivalent sur l'élimination 732 000 voitures de la rue.

Le mouvement du bois urbain s'est développé au cours des dernières décennies, car les gens ont de plus en plus reconnu la valeur des arbres urbains récoltés qui avaient longtemps été sous-utilisés. L'une de ces nombreuses histoires est racontée par Jennifer Alger, directrice du Réseau Bois Urbain Région Ouest, une organisation à but non lucratif.

Elle a grandi, a-t-elle dit, montant dans le camion de son père alors qu'il parcourait les quartiers à la recherche d'arbres qui devaient être abattus. Il avait été bûcheron à forfait l'été et acheteur de loupe pour un fabricant d'armes à feu l'hiver.

Mais lorsque l'exploitation forestière a touché le fond au début des années 1980, « j'ai passé mon enfance dans un véhicule avec papa à acheter ces arbres morts ou mourants au hasard dans les maisons des gens », se souvient-elle. Et donc il faisait du bois d'œuvre urbain avant même que le terme « bois d'œuvre urbain » ne soit inventé. À cette époque, ils coupaient pour le bois de chauffage et en enveloppaient des paquets de cellophane pour les détaillants.

Son père reconnaissait la valeur du bois du monde du bois, et cela le peinait de couper de très bonnes longueurs de matériau en bois de chauffage. "Pourquoi coupons-nous ces bûches en bois de chauffage?", a-t-il demandé à Jennifer, "Ces bûches sont magnifiques ».

Ils ont commencé à mettre de côté les meilleures bûches et à les stocker. Finalement, ils ont acheté leur première scierie à ruban portative dans les années 1990, ce qui leur a permis de scier du bois. Des histoires similaires sont racontées dans tout le pays par d'autres entreprises et participants qui reconnaissent la valeur de la récolte du bois urbain.

Comme d'autres dans le secteur de la récupération du bois urbain, Jennifer a trouvé un manque de connaissances concernant sa valeur potentielle. C'est dans cet esprit qu'elle a commencé à travailler en réseau de manière informelle au début des années 2000 avec l'aide de CalFire et du Service forestier des États-Unis pour contacter les arboriculteurs et d'autres parties prenantes au sujet de résultats plus durables pour les arbres urbains. «Nous importions tous ces bois durs de la côte est ou de l'étranger et ici en Californie, nous passions des heures à les déchiqueter, à les brûler ou à les mettre en décharge – tous ces scénarios», se souvient-elle.

L'un des mythes qu'il fallait vaincre était que les arbres urbains seraient trop coûteux à usiner à cause des objets en acier incrustés. Tout le monde m'a dit que ça coûte trop cher de fraiser ces arbres urbains parce qu'ils ont des clous dedans, et donc ça va être trop coûteux. Elle a répondu qu'ils fraisaient déjà des arbres urbains dans son entreprise et qu'avec la valeur d'une lame seulement $17 ou $20, "ce n'est pas si grave".

En 2016, Urban, Salvaged, & Reclaimed Woods Inc., un réseau à but non lucratif de la côte ouest a été constitué. Cependant, en travaillant en réseau avec d'autres groupes à travers le pays, les membres du groupe ont découvert que différentes régions avaient des points de vue légèrement différents sur le bois urbain. Par exemple, certains réseaux régionaux comprenaient du bois récupéré de la déconstruction, tandis que d'autres n'incluaient que des arbres urbains.

« Le mouvement du bois urbain est grand et il se répand dans le monde entier », a déclaré Jennifer. "Mais nous avons reconnu que nous étions fragmentés." Cette fragmentation empêchait la construction d'une industrie plus forte. Collectivement, les communautés urbaines du bois ont reconnu la nécessité de changer de marque, ainsi que de créer des normes et des programmes de certification qui aideraient à renforcer la confiance des consommateurs et à protéger les clients des fournisseurs de mauvaise qualité.

Après de nombreuses discussions avec chacun des réseaux à travers le pays, il a été déterminé que nous nous unirions sous le Urban Wood Network avec l'ancien groupe de la côte ouest devenant le Urban Wood Network Western Region. À la suite de cette collaboration, bois urbain peut être décrit comme :

« Tout bois qui n'a pas été récolté pour sa valeur de bois et qui a été détourné ou retiré du flux de déchets et développé ou redéveloppé en un produit. Le bois urbain peut provenir de trois sources : la déconstruction, les arbres urbains fraîchement coupés et le bois récupéré.

Le groupe travaille à plusieurs initiatives visant à accroître le professionnalisme de l'industrie, notamment l'établissement de grades de bois spécifiques au bois urbain et un programme de certification de la chaîne de traçabilité.

Jennifer travaille actuellement avec une équipe d'experts de développeurs et de spécialistes de l'expérience client sur la création d'AncesTREE™, un système de gestion des stocks et une application d'entreprise qui permettra aux utilisateurs d'adhérer facilement aux normes de l'industrie, de suivre la chaîne de traçabilité, de gérer leur inventaire, et généralement mieux gérer et développer leurs entreprises de bois d'œuvre urbain.

Une approche intégrée est de plus en plus recherchée, impliquant les villes, les municipalités et les grands campus d'entreprise ou d'enseignement. L'attention portée à l'élagage et à l'entretien des arbres en vue d'une éventuelle récupération peut augmenter la valeur marchande du bois.

L'établissement de plans et de politiques de gestion des forêts urbaines peut faire une différence importante pour l'industrie à l'avenir. L'établissement de politiques rendra l'industrie du bois urbain moins vulnérable à la perte des principaux partisans du bois urbain dans des rôles décisionnels clés.

Il y a plusieurs forces en jeu qui aident à conduire le mouvement urbain du bois. D'une part, il existe des restrictions croissantes concernant la mise en décharge des déchets de bois. D'un autre côté, les gens reconnaissent les avantages substantiels de l'utilisation du bois urbain. Avec son apparence magnifiquement unique, il crée des produits pour la maison uniques en leur genre, tout en soutenant les entreprises locales. L'utilisation du bois urbain local est aussi une célébration de l'histoire locale, tout en participant au détournement des déchets et à la séquestration du carbone.

De nos jours, de nombreuses personnes et organisations contribuent à l'élaboration d'un scénario de fin de vie plus durable pour les arbres urbains grâce à la récupération du bois massif. «En réseautant ensemble, nous pouvons sensibiliser les gens qui ramènent ces arbres dans la vie sociale et économique des communautés d'où ils viennent sous forme de bois d'œuvre, de dalles, de revêtements de sol, de revêtements, de meubles, d'art, d'architecture et d'autres produits du bois à valeur ajoutée. », déclare le Urban Wood Network sur son site Web.

Pour sa part, Jennifer croit que le travail de base que le Réseau du bois urbain est en train de créer aujourd'hui préparera le terrain pour la croissance du mouvement du bois urbain et un résultat plus durable pour les arbres urbains. En mettant l'accent sur l'éducation, les normes et l'aide à la promotion, elle entrevoit un avenir radieux. « Nous nous attendons dans les deux à cinq prochaines années à une explosion absolue du réseau urbain et de ses membres », a-t-elle conclu.

wood pallets with shrink wrapped loads

Choisir la meilleure quantité d'emballage pour votre produit

Les produits ont besoin d'un emballage suffisant pour éviter les dommages, mais personne ne veut dépenser plus que nécessaire pour l'emballage. Les décideurs en matière d'emballage et de palette bénéficieront d'une meilleure compréhension des coûts de la chaîne d'approvisionnement en aval.

Au cours des dernières années, les chaînes d'approvisionnement des produits de consommation ont évolué vers des livraisons plus fréquentes et des commandes plus petites. Une telle approche a permis aux détaillants de minimiser leur inventaire de pipeline tout en favorisant une meilleure disponibilité des produits – en ayant les produits que les clients recherchent, en rayon. Cependant, une telle stratégie pose des défis différents.

Les petites commandes peuvent obliger les fournisseurs de produits à créer plusieurs palettes SKU pour la livraison entrante aux centres de distribution au détail. Une telle approche se traduit par une manipulation supplémentaire lors de l'assemblage de la commande, ainsi qu'au centre de distribution lorsque ces mêmes commandes sont triées et reçues. De plus, des commandes plus petites et plus fréquentes dans les magasins de détail peuvent entraîner plus de contacts avec les caisses pour le personnel du centre de distribution, car il est mis au défi d'empiler des palettes stables pour la livraison dans les magasins de détail.

Selon les experts, environ 90% de produits endommagés dans la chaîne d'approvisionnement CPG se produisent au centre de distribution ou au point de vente au détail. Plus en aval dans la chaîne d'approvisionnement, il y a plus d'interactions entre les personnes et les produits, ce qui augmente la probabilité de dommages.

Alors, quelle est exactement la meilleure quantité d'emballage pour votre produit ? En fin de compte, c'est le montant qui offre le coût total d'emballage le plus bas. Prenez le graphique ci-dessous.

Coût d'emballage et dommages au produit

Le lien entre le coût de l'emballage et la quantité d'emballage est indiqué en blanc, tandis que l'interaction entre le coût des dommages du produit et la quantité d'emballage est indiquée en rouge. Le coût total de l'emballage par colis (la somme du coût de l'emballage et du coût des dommages est indiqué en violet.

Le coût le plus bas par colis se situe au point d'intersection du coût et des dommages. À ce stade, un centime supplémentaire dépensé sur un emballage générerait une économie de moins d'un centime sur la réduction des dommages causés au produit. Dans l'autre sens, réduire la quantité d'emballage d'un centime entraînerait des dommages supplémentaires pour plus d'un centime.

Bien que cette approche semble évidente, nous devons nous demander pourquoi les dommages aux produits sont toujours un problème persistant. Une des raisons pourrait être un manque de visibilité sur les dommages de la chaîne d'approvisionnement qui se produisent plus en aval.

Si la conception de l'emballage ne reflète pas tous les coûts des dommages au produit associés à un emballage, la décision d'emballage sera sous-optimale. Une conception d'emballage sous-optimale laisse une opportunité non réalisée d'amélioration de la chaîne d'approvisionnement.

En tenant mieux compte des coûts réels, le coût des dommages au produit se déplace vers le haut, ce qui entraîne un nouveau point d'intersection - un point qui dicte un investissement supplémentaire dans un emballage, comme le montre la figure 2 ci-dessous.

Graphique des coûts d'emballage optimaux

Une autre façon de visualiser l'optimisation des emballages consiste à utiliser le modèle Innventia AB (anciennement connu sous le nom de courbe de Soras), illustré ci-dessous.

Modèle Innventia AB

Lorsqu'un produit est sous-emballé, des dommages excessifs ont un impact négatif sur l'environnement. Lorsqu'un produit est suremballé, il y a également un impact environnemental négatif résultant d'une consommation excessive de ressources et de résidus.

Lorsqu'il s'agit de déterminer si votre emballage offre ou non la protection parfaite du produit, un processus de chaîne d'approvisionnement collaboratif est essentiel. Avec l'emballage comme avec les palettes, une rétroaction plus précise de la chaîne d'approvisionnement peut faire une différence positive.

Armés de meilleures informations, les concepteurs et les décideurs peuvent mieux identifier les coûts en aval, ce qui leur permet de sélectionner le meilleur emballage – ou palette – pour le travail.

Picture of BioChar

Les avantages du biochar - Une autre façon de gagner avec le bois

Département des forêts de l'Oregon, CC BY 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0, via Wikimedia Commons

Trouver des marchés rentables pour le bois résiduel est un défi permanent pour de nombreuses entreprises de produits forestiers. Les éclaircies forestières, les rémanents d'abattage, ainsi que le broyage des produits du bois et le recyclage de la fibre sont tous régulièrement générés. Les marchés tels que la biomasse, la litière, le paillis d'aménagement paysager, les usines de pâte à papier, les usines de panneaux OSB et autres sont bien établis, mais la faible valeur de la fibre signifie qu'il n'est pas économiquement viable d'expédier sur des distances considérables.

La production de biochar a souvent été considérée comme une opportunité potentiellement intéressante pour un tel matériau, mais la demande de biochar a mis du temps à se matérialiser. Cependant, un changement pourrait bientôt se profiler, car un producteur de biochar a récemment obtenu le premiers crédits carbone pour le biochar aux Etats-Unis.

Qu'est-ce qu'un Crédit Carbone ?

UNE crédit carbone, également appelé compensation carbone ou crédit de compensation carbone, est un terme générique pour tout certificat ou permis négociable représentant le droit d'émettre une tonne métrique de dioxyde de carbone ou le montant équivalent de différents gaz à effet de serre.

Une entreprise achète des crédits carbone pour compenser ses propres émissions de gaz à effet de serre. Dans le cas récemment annoncé, le producteur de biochar vend le biochar aux agriculteurs, qui l'appliquent sur leur sol.

En tant que tel, le carbone est séquestré sous terre plutôt que de retourner dans l'atmosphère, créant un puits de carbone qui a maintenant été reconnu par un groupe de certification des crédits de carbone. Les entreprises qui achètent des crédits de carbone biochar contribuent à améliorer l'économie du biochar pour les producteurs et les consommateurs du produit.

Qu'est-ce que le biochar et ses avantages ?

Biochar peut être décrit comme le matériau solide obtenu à partir de la conversion thermochimique de la biomasse dans un environnement limité en oxygène dans un processus appelé pyrolyse. Cet environnement à faible teneur en oxygène entraîne la création de charbon de bois plutôt que de simples cendres résiduelles.

USDA décrit les avantages du biochar comme « incroyables : amélioration de la santé du sol, amélioration de la capacité de rétention d'eau du sol, augmentation de la croissance et de la vigueur des plantes, qualité de l'air plus propre et peut-être plus important encore… la capacité de séquestrer le carbone pour toujours ».

Le biochar améliore la fertilité des sols de deux manières. Le premier et principal avantage est qu'il aide à retenir les éléments nutritifs du sol provenant des engrais et d'autres sources. Deuxièmement, le biochar peut fournir des nutriments tels que le potassium, une quantité limitée de phosphore et d'autres micronutriments. Étant donné que la plupart des sols agricoles ont été appauvris en quantités considérables de carbone au cours des dernières décennies, l'ajout de biochar peut aider à inverser la perte.

Les agriculteurs peuvent réaliser des améliorations à long terme de la santé des sols et du rendement des cultures grâce aux intrants de biochar. Dans une étude pluriannuelle, financé par le California Department of Water Resources (DWR), était administré par le Sonoma Ecology Center et comprenait le soutien de chercheurs de l'Université de Californie à Riverside, les résultats ont été impressionnants. Le biochar a augmenté le rendement du raisin pinot noir de 1,2 tonne par acre en moyenne sur deux ans de récolte, remboursant le coût de l'application du biochar dès la première année.

Il existe d'autres applications pour le biochar. Les utilisations comprennent les systèmes de filtration, la gestion des eaux pluviales, l'assainissement et les composites. Bien qu'à ses débuts, la biofibre est un bon candidat dans cette dernière application en tant que substitut aux formes de carbone plus coûteuses et à plus fort impact environnemental.

Biochar et changement climatique

Au-delà de ses avantages pour l'agriculture et d'autres applications, le biochar est également largement reconnu pour ses avantages en matière de séquestration du carbone dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il est répertorié comme l'une des cinq meilleures solutions climatiques naturelles pour l'atténuation du changement climatique dans un rapport de 2019 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Cependant, le rôle du biochar dans la prévention du changement climatique n'est pas garanti. Comme un article notes, la production de biochar résulte de la combustion, avec des gaz à effet de serre émis dans le processus

Pourtant, lorsque l'énergie du processus de pyrolyse est exploitée et utilisée d'une manière qui remplace le besoin de combustibles fossiles dans la production d'électricité, par exemple, le résultat peut être un bilan carbone positif. Tel a été le cas pour le producteur californien, qui utilise des déchets de biomasse extraits de forêts à haut risque gérées durablement pour produire de l'électricité. Son succès est aujourd'hui reconnu à travers l'émission de crédits carbone.

Alors que les entreprises cherchent de plus en plus à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à compenser les émissions qu'elles créent encore, les crédits de carbone peuvent être la clé pour accélérer la demande de biochar. Le marché du biochar devrait croître dans un composé taux de croissance annuel de 16,45% jusqu'en 2025.

Cycles et puits du carbone : comment les forêts luttent contre le changement climatique mondial

A graphic representation of the environmental cycle with hands holding a seedling in soil.

En décembre 2020, le gouvernement canadien a annoncé son intention de planter deux milliards d'arbres dans la prochaine décennie, pour un coût de $3,16 milliards. Cette stratégie devrait réduire les émissions de gaz à effet de serre jusqu'à 12 mégatonnes d'ici 2050, tout en créant jusqu'à 4 300 emplois dans le processus.

Comme le reflète cette annonce récente, les forêts sont de plus en plus reconnues par les décideurs politiques du monde entier comme un élément crucial du « cycle du carbone » et de la lutte contre le changement climatique. Des forêts gérées efficacement peuvent jouer un rôle de premier plan dans l'absorption et le stockage du carbone et, en tant que telles, contribuer à réduire les niveaux de carbone atmosphérique associés au réchauffement climatique.

Qu'est-ce que le cycle du carbone ?

Le « cycle du carbone » fait référence à la série de processus par lesquels le carbone passe de la terre et de l'eau à l'atmosphère et aux organismes vivants. le L'administration nationale des océans et de l'atmosphère fait référence au cycle du carbone comme « la façon dont la nature réutilise les atomes de carbone, qui voyagent de l'atmosphère vers les organismes de la Terre, puis retournent dans l'atmosphère encore et encore ».

La majeure partie du carbone est stockée dans les roches et les sédiments, tandis que le reste réside dans l'océan, l'atmosphère et les organismes vivants. Alors que le carbone se déplace tout au long du cycle, la quantité totale de carbone n'a pas changé au fil du temps.

Cependant, en raison des activités humaines telles que la combustion de combustibles fossiles, les bilans du carbone au sein du cycle ont changé, une plus grande partie de ce carbone ayant été introduite dans l'atmosphère.

Dans les forêts, les arbres absorbent le dioxyde de carbone par photosynthèse. Au cours de ce processus, de l'oxygène est émis et du carbone est stocké dans les tiges ligneuses, les branches, les racines et les feuilles. Le processus d'absorption et de dépôt du carbone est connu sous le nom de séquestration.

Une forêt est qualifiée de « puits de carbone » si elle absorbe plus de carbone de l'atmosphère qu'elle n'en rejette dans celle-ci. Ce résultat est positif, du point de vue du changement climatique, avec le carbone stocké dans la biomasse ligneuse, les produits du bois, la matière organique morte et le sol.

D'un autre côté, une forêt devient une « source de carbone » si elle libère plus de carbone qu'elle n'en absorbe. Des perturbations catastrophiques telles que les incendies de forêt, les tempêtes de vent et les infestations majeures d'insectes peuvent augmenter la libération de carbone et faire d'une forêt une source nette de carbone à court terme.

Les réserves de carbone forestier augmentent

Au cours des 40 dernières années, les forêts ont changement climatique modéré en absorbant environ un quart du carbone émis par les activités humaines telles que la combustion de combustibles fossiles et le changement d'utilisation des terres. Cette absorption de carbone réduit la vitesse à laquelle le carbone s'accumule dans l'atmosphère et ralentit ainsi le rythme du changement climatique.

Aux États-Unis, où les forêts couvrent environ un tiers du pays, les stocks de carbone forestier ont augmenté de 10% depuis 1990. de l'atmosphère qu'ils ne libèrent », selon un rapport de 2020 de Service de recherche du Congrès.

En 2019, les forêts américaines stockaient 58,7 milliards de tonnes métriques (BMT) de carbone en 2019. La majeure partie de cette quantité (95%) était détenue dans des bassins d'écosystèmes forestiers, le reste étant séquestré dans des produits ligneux récoltés.

Les réservoirs de carbone des écosystèmes forestiers comprennent la biomasse aérienne, la biomasse souterraine, le bois mort, la litière, le sol et les produits ligneux récoltés. Les sols forestiers sont le plus grand réservoir de carbone forestier, représentant environ 541 TP1T de stockage. Le deuxième plus grand réservoir est la biomasse aérienne, qui contient environ 26% de carbone forestier.

Le graphique ci-dessous montre la croissance continue du stockage global de carbone ainsi que l'importance relative des divers bassins d'écosystèmes forestiers, mesurée en milliards de tonnes métriques de carbone.

Comment la gestion forestière contribue à améliorer les stocks de carbone

Gestion forestière efficace aide à garantir que plus de carbone est séquestré et que moins est libéré par des événements tels que les incendies de forêt ou des processus tels que le brûlage des rémanents. À court terme, les efforts de gestion visent à réduire les émissions de carbone par des mesures de protection contre les incendies et les infestations d'insectes, ainsi qu'en évitant le brûlage des rémanents forestiers.

À plus long terme, des stratégies telles que le boisement (plantation de nouvelles forêts) et la prévention de la déforestation joueront un rôle essentiel. Les pratiques de gestion telles que l'allongement des rotations de récolte, la sélection des espèces et la garantie d'une replantation rapide après la récolte ou la perturbation joueront également un rôle dans la promotion de la santé des forêts et la constitution de stocks de carbone forestier en tant que pilier essentiel de notre défense contre le changement climatique.

Forklift Traffic sign on loading dock

Sécurité des chariots élévateurs dans l'entrepôt et la cour de travail

Les chariots élévateurs et les transpalettes jouent un rôle essentiel dans la manutention des marchandises dans les chaînes d'approvisionnement. Ils sont essentiels pour déplacer des charges palettisées, des caisses, des paquets de bois et d'autres produits.

Chariots de manutention électriques (PIT), tels que les chariots élévateurs et les transpalettes, peuvent soulever, abaisser et transporter des matériaux, accélérant le flux de matériaux à travers diverses étapes de fabrication et de distribution telles que le chargement et le déchargement, le transport des travaux en cours et les opérations de stockage.

La formation PIT est une exigence de l'OSHA et l'importance de la formation pour les personnes qui travaillent autour des chariots élévateurs, tout en soulignant l'importance de la conception des installations dans la promotion de la sécurité pour les autres, est une priorité. Tenez compte non seulement des employés de votre installation, mais également des visiteurs, des clients, du personnel de bureau ou des vendeurs qui s'aventurent dans l'usine ou la cour. Les piétons à proximité des chariots élévateurs peuvent être en danger.

Bien que l'OSHA ne traite pas spécifiquement de la formation des chariots élévateurs à pied, la clause d'obligation générale de l'OSHA précise que les employeurs prennent des mesures pour protéger les employés contre les risques reconnus. Par exemple, ils soulignent l'importance de voies de circulation clairement délimitées pour les chariots élévateurs avec des limitations de vitesse.

Voici quelques idées pour aider à assurer la sécurité des piétons dans les entrepôts et les chantiers :

Planifiez les schémas de circulation. La création de routes qui gardent les piétons blessés. Les barrières physiques, la signalisation et les marquages peints peuvent aider à identifier les chemins réservés aux piétons. Assurez-vous de créer et de faire respecter des règles de sécurité autour des emprises routières et des chemins réservés aux piétons.

Formation pour les piétons. Bien que les visiteurs occasionnels de votre usine ne nécessitent pas une session exhaustive, la formation des piétons doit couvrir les risques de base liés aux chariots élévateurs et les règles à suivre, telles que le respect des chemins piétonniers désignés, l'engagement des opérateurs par contact visuel ou verbalement à proximité. , et en faisant très attention aux intersections.

Les piétons doivent veiller à se tenir à l'écart des matériaux susceptibles de tomber et s'assurer qu'ils se trouvent en dehors du rayon de braquage du PIT et de sa charge. Dans les industries des produits du bois, par exemple, ils doivent être conscients du large rayon de braquage des longues levées de bois.

Utiliser des équipements de sécurité. Des équipements de protection individuelle tels qu'un gilet haute visibilité, des chaussures de sécurité et, dans certains lieux de travail, des casques de sécurité sont requis. De plus, les chariots élévateurs doivent être équipés d'avertisseurs sonores et peuvent être équipés de voyants d'avertissement et d'alarmes de déplacement des chariots élévateurs telles qu'un indicateur d'avertissement de secours.

Des caméras et des capteurs embarqués sont également de plus en plus disponibles pour aider à alerter les opérateurs de la présence d'un piéton. Les miroirs incurvés peuvent également être utilisés pour améliorer la sécurité des piétons aux intersections et aux coins.

Alors que la formation des chariots élévateurs dans le passé était largement centrée sur les opérateurs, nous devons également être attentifs aux risques pour les piétons. Une communication efficace entre les gestionnaires, les superviseurs, les opérateurs de PIT ainsi que les piétons est essentielle à la création d'un réseau de sécurité efficace dans un entrepôt et/ou un environnement de cour très fréquenté.

Les petites palettes peuvent apporter d'énormes avantages

Lorsqu'il s'agit d'une manipulation efficace des palettes, il est logique que plus gros soit mieux. Pourquoi déplacer 100 cartons à la fois alors que vous pouvez en faire 125 ? Une palette plus grande se traduit par une manutention plus productive du chariot élévateur. Dans le cas de la sélection de palettes, cependant, d'autres facteurs peuvent orienter les décideurs vers des palettes plus petites.

Qu'est-ce qu'une empreinte de palette ?

Pour prendre du recul, l'empreinte d'une palette fait référence à sa longueur et à sa largeur. La longueur de la palette est déterminée par la longueur du longeron, ou dans le cas d'une palette de blocs, la longueur du panneau de longeron. La largeur d'une palette fait référence à la longueur de la planche de terrasse.

Pour une palette à limons de 48 × 40", par exemple, les limons sont de 48" et les planches de terrasse sont de 40". Dans une palette de blocs de 48 × 40", les planches de limon, qui se trouvent entre les planches de terrasse et les blocs, sont de 48" et les planches de terrasse sont de 40".

Qu'est-ce qu'une palette fractionnée ?

Les petites palettes peuvent être des palettes fractionnaires telles que des demi-palettes et des quarts de palettes. Ils sont fractionnaires dans le sens où ils se combinent pour devenir l'équivalent d'une palette pleine grandeur. En Amérique du Nord, où la taille de palette la plus populaire est de 48 × 40 ", une demi-palette représente généralement la moitié de cette mesure.

Pour imaginer une demi-palette, pensez à une palette complète qui a été coupée en deux - soit à 48×20" ou 24×40". De même, un quart de palette fait souvent 24×20” ou 20×24”. Étant donné que les palettes fractionnaires peuvent être combinées pour remplir une empreinte de palette standard, elles s'intègrent facilement dans les systèmes de transport et de manutention de la chaîne d'approvisionnement conçus pour les palettes standard pleine grandeur.

Quels sont les avantages des petites palettes ?

Moins de travail de contact à l'entrepôt et au détail. Les demi-palettes et quarts de palette offrent les avantages de l'expédition de charges unitaires en plus petites quantités de commande. L'expédition par lots unitaires d'un centre de distribution au détaillant se traduit par moins de travail de contact pour les préparateurs de commandes, ce qui se traduit par une productivité améliorée. De même, lorsque la petite palette est exposée au sol ou positionnée dans l'allée, les activités de stockage au détail peuvent être largement éliminées.

Moins de dommages au produit. Selon une étude, 80% de dommages aux produits dans la chaîne d'approvisionnement FMCG a lieu entre le centre de distribution et la vente au détail. Étant donné que les présentoirs d'une demi-palette ou d'un quart de palette restent intacts jusqu'à leur arrivée au détail, les dommages aux produits associés aux activités de préparation de caisses, d'empilage et de stockage en rayon sont évités.

Augmentation des ventes sur le plancher de vente au détail. Les preuves suggèrent que les acheteurs sont attirés par les présentoirs au sol et, par conséquent, ils contribuent à stimuler les ventes. Les petites palettes peuvent encore améliorer les ventes, permettant ainsi à davantage de SKU d'être disponibles pour les acheteurs. Parce que les petites palettes prennent moins de place, il est possible d'augmenter le nombre de présentoirs à un moment donné. Les palettes plus petites sont également plus conviviales pour les acheteurs, éliminant le besoin de s'étirer sur une palette pleine grandeur pour saisir un article.

Navigation plus facile pour les acheteurs et les manutentionnaires. Les petites palettes sont mieux adaptées à la livraison de produits par des portes étroites ou à l'intérieur et à l'extérieur des chambres froides avec de petites ouvertures. Pour les livraisons aux magasins de proximité, par exemple, l'utilisation de petites palettes s'est avérée aider à réduire le temps de conduite à chaque arrêt. Les petites palettes offrent également aux détaillants la possibilité de créer des présentoirs qui prennent moins de place et sont donc plus conviviaux pour les piétons.

Où ils correspondent le mieux aux exigences du produit. Les petites palettes offrent également de la valeur lorsqu'elles sont conformes à un produit particulier expédié, évitant ainsi le dépassement de palette et le gaspillage d'espace (le produit n'utilisant pas le pont complet de la palette).

Plus de parements à l'entrepôt ou à la chaîne de montage. Étant donné que les petites palettes ne sont pas aussi larges que les palettes pleines, davantage de faces de palettes peuvent être créées sur la même distance, réduisant ainsi le temps de déplacement des assembleurs.

Quels sont les inconvénients des petites palettes ?

Charge utile plus petite. Comme mentionné ci-dessus, les demi-palettes ne contiennent que la moitié de la quantité de produit que les palettes pleine grandeur. De ce fait, il faut deux fois plus de palettes et deux fois plus de charges unitaires doivent être manipulées pour traiter la même quantité de produit.

Les petites palettes peuvent ajouter de la complexité. Les charges unitaires à faible encombrement peuvent également poser des problèmes aux manutentionnaires. Certaines configurations peuvent être plus instables que les palettes pleines, nécessitant une attention particulière à la formation des opérateurs d'équipements mobiles. Une fois vidées, les petites palettes doivent être triées pour être retournées ou autrement recyclées. Les petites palettes, en particulier les tailles non fractionnées, peuvent être moins souhaitables pour les recycleurs de palettes.

Les avantages des petites palettes ne sont pas applicables. Alors que les petites palettes deviennent de plus en plus populaires pour l'affichage au détail, elles peuvent ne pas être applicables à de nombreuses autres chaînes d'approvisionnement.

L'essentiel est que dans certaines applications, telles que la vente au détail, les présentoirs à petites palettes aident les détaillants à augmenter leurs ventes et à réduire le travail de stockage. Quelle que soit la taille de palette qui répond le mieux à vos besoins actuels ou futurs, la bonne nouvelle est que les fabricants de palettes peuvent facilement fabriquer du bois pour produire la taille optimale pour votre chaîne d'approvisionnement.

Wood Pallet Recycling

Déclarations environnementales de produit (EPD) et analyse du cycle de vie (ACV) pour les palettes en bois

Wood Pallet Recycling

Les EPD peuvent fournir des informations aux acheteurs, ainsi que soutenir l'ACV des clients palettes et les efforts de marketing vert. Pensez aux EPD comme vous le feriez avec l'étiquette nutritionnelle que vous regardez sur les emballages alimentaires, sauf qu'au lieu de signaler les graisses saturées et les calories, ce sont les impacts environnementaux qui comptent.

« Les EPD sont un outil de divulgation qui aide les acheteurs à mieux comprendre les qualités durables et les répercussions environnementales d'un produit, afin qu'ils puissent faire des choix de produits plus éclairés », explique UL, un leader mondial dans la création de PCR et la certification EPD.

Au-delà de l'approvisionnement, les informations incluses dans une EPD peuvent également aider un utilisateur de palette à comprendre l'impact environnemental plus large des activités de fabrication ou de distribution dans leur ensemble lorsque des EPD particulières pour divers intrants sont examinées collectivement.

Les EPD peuvent également être utiles à des fins de marketing. « En marketing, de nombreuses organisations veulent revendiquer la performance environnementale de leur produit, surtout s'il est supérieur à d'autres produits similaires sur le marché », observe Stockholm, en Suède. EPD International. "Cependant, de telles affirmations doivent être transmises d'une manière reconnue par le marché comme étant pertinente, crédible et transparente." C'est là qu'un EPD peut aider.

EPD : normalisés, vérifiés indépendamment et enregistrés

Chaque déclaration environnementale de produit (EPD) est un document vérifié et enregistré de manière indépendante qui communique des informations transparentes et comparables sur l'impact environnemental du cycle de vie d'un produit. Les EPD fournissent une déclaration de performance environnementale basée sur une méthodologie standardisée et commune utilisée pour l'évaluation de la performance.

Ils s'appuient sur une documentation vérifiée par des tiers de la performance environnementale et suivent une méthodologie objective et scientifiquement acceptée détaillée par une règle de catégorie de produit (PCR).

Un EPD individuel est basé sur un PCR spécifique. Chaque PCR contient un ensemble d'exigences et de directives utilisées pour effectuer et rapporter des évaluations environnementales du cycle de vie d'une catégorie particulière de produits. Le PCR évalue la performance environnementale, y compris des aspects tels que les émissions de carbone, l'épuisement des ressources et la consommation d'énergie, pour n'en nommer que quelques-uns.

Les PCR garantissent que les produits de la même fonction sont évalués de manière cohérente pour une comparaison significative des résultats. Les PCR et les EPD sont disponibles pour diverses catégories de produits, y compris les produits en bois de construction et architecturaux.

Une EPD pour les palettes en bois : une première pour les matériaux d'expédition

La PCR pour palettes en bois certifiée par UL en 2019 a ouvert la voie à la création d'une palette en bois EPD en 2020, également certifiée par UL. L'initiative PCR et EPD a été parrainée par la National Wooden Pallet & Container Association (NWPCA) et la Pallet Foundation en collaboration avec le USDA Forest Service Forest Products Lab. La PCR d'UL pour les palettes en bois est la première du genre pour l'expédition de matériaux. 

« UL applaudit les efforts de la NWPCA et de la Pallet Foundation pour développer un PCR et publier maintenant un EPD pour les palettes en bois afin de mieux comprendre leur impact environnemental », a déclaré Alberto Uggetti, vice-président et directeur général de la division environnement et durabilité d'UL. « La nature réutilisable des palettes en bois en fait une forme d'emballage réutilisable plus circulaire et durable, et avec cette EPD, les fabricants seront en mesure de communiquer les impacts de leurs produits avec plus de transparence et de confiance. »

L'EPD consolide les palettes en bois en tant que choix durable évident pour les chaînes d'approvisionnement de toutes les industries. « Cette déclaration environnementale de produit (EPD) pour les palettes en bois à l'échelle de l'industrie n'est pas seulement une première dans la chaîne d'approvisionnement, c'est une étape majeure vers la validation scientifique des avantages des palettes en bois », a déclaré Brent McClendon, président et chef de la direction de NWPCA. « Au-delà des preuves anecdotiques, cette recherche soutient la durabilité du bois. Les résultats sont quelque chose que toutes les entreprises de palettes en bois peuvent vanter auprès de leur clientèle comme un nouvel outil dans leur ceinture à outils. »

La création d'un EPD pour les palettes en bois marque une étape cruciale dans la communication des avantages du bois en matière de durabilité et la clarté pour les acheteurs de palettes.

© 2021 Nature's Packaging® est enregistré au niveau fédéral auprès du US Copyright Office par la National Wooden Pallet & Container Association. Tous les droits sont réservés.